, curriculum vitae, dernière mise à jour: 20/12/2019. Aujourd'hui: 6/08/2020 21:53:46.
    Voir le Fond Voir le Fond    
        Téléchargement Téléchargement
Curriculum Curriculum        
      Informatique Informatique Informatique  
  Mémoire Mémoire      

        Imprimer


Analyse

Développements

Sites

Articles

Evénements

Nim


 

Accessibilité contre inégalité numérique

Cette analyse a été développée lors de mon travail à Lire et Ecrire / Banlieues.

Qu'est-ce que la fracture / le fossé numérique ?

La locution "fracture numérique" est une des traductions du concept anglo-saxon "digital divide". Il en existe une autre: le "fossé numérique". Les tenants de la 2ème traduction reproche en gros à ceux de la première une vision monolithique de la société, là où les problématiques sont multiples et où les exclus sont aussi des acteurs: "Réduire la fracture ou enjamber le fossé" est un peu la question posée par ce débat de traduction profondément idéologique(1). Personne ne conteste cependant que cette inégalité numérique s'inscrit dans le cadre d'autres inégalités qui peuvent être liées, elles, à l'économique, au social ou au culturel.

Dans les faits, l'exclusion numérique, - fracture ou fossé - c'est le non accès aux technologies de l'information et de la communication (TIC) qui sont devenus dans cette société de l'information, les moyens principaux d'accéder à la connaissance et aux réseaux. Pour Gérard Valenduc et Patricia Vendramin, de la Fondation Travail-Université de Namur, qui ont été étudié la question de la fracture numérique(2), "Les inégalités face à internet concernent l'emploi et la formation, la consommation, les réseaux de sociabilité, l'accès aux services publics(3).". Nous y ajoutons le non accès à la plus grande base de données du monde en matière de connaissance, Internet.

La fracture ou le fossé numérique, c'est donc - d'abord - le non-accès à ces moyens que sont les ordinateurs ET à Internet. Mais ce n'est pas que l'accès à du matériel et de la connectivité. L'accessibilité, c'est aussi la possibilité d'utiliser des outils appropriés, d'acquérir les compétences nécessaires, d'avoir l'accès aux documents de la connaissance et aux logiciels nécessaires et de pouvoir se relier à des communautés.


L'accessibilité et ses déclinaisons

L'accessibilité - ç-à-d ce qui permettra de réduire la fracture ou d'enjamber le fossé - se décline en plusieurs aspects(4):

  1. L'accès physique au matériel : faire en sorte que tout le monde ait accès à un ordinateur.
  2. L'accès à la connectivité : faire en sorte que tout le monde ait accès à une connexion Internet.
  3. L'accès à l'appropriation : augmenter les compétences des utilisateurs pour leur permettre une appropriation autonome des NTICs.
  4. Des outils accessibles : augmenter « l'usagibilité », c'est-à-dire produire des outils qui facilitent l'appropriation et l'usage autonome des NTICs.
  5. L'accès à la connaissance en général, dont les logiciels et leur code : promouvoir et utiliser des logiciels dont le code est libre et ouvert pour permettre à tous la liberté d'exécuter, d'améliorer, de distribuer et d'adapter les logiciels suivant les besoins de tous, et non le profit de quelques-uns.
  6. Les communautés virtuelles et réelles générées et gérées par Internet : elles constituent la trame idéologique indispensable au développement d'une réelle accessibilité. Défendre des valeurs de coopération, d'autonomie des utilisateurs, de partage des ressources, de propriété publique du savoir, et de rémunération du travail pour contrer les mécanismes d'exclusions.

Hypothèse de travail

Un des obstacles à l'accessibilité réside dans le fait que les différents acteurs travaillant à cette accessibilité n'abordent le problème que suivant un ou quelques-uns des aspects définis ci-dessus, essentiellement dans le(s) domaine(s) dans lesquels ils travaillent, ou qui leur sont plus familiers. Cela nuit à l'établissement de revendications concrètes cohérentes, voire met les différents aspects en contradiction les uns avec les autres. Par exemple, le pédagogue ou le professeur verront en priorité des aspects d'adaptation des outils et d'appropriation des personnes. L'homme politique et l'animateur social se préoccuperont d'abord d'aspects tels que l'accès au matériel ou à la connectivité. Enfin, le technicien, lui, verra quasiment toujours en priorité, derrière le mot accessibilité, les libertés ou restrictions posées sur le code source. D'où l'hypothèse donc, que travailler à faire se rencontrer ces différents points de vue, les faire se comprendre mutuellement, en quoi ils sont complémentaires plutôt qu'opposés, dans le but de se découvrir tous acteurs d'un même objectif, à travers une idéologie communautaire collaborative, est une condition nécessaire de l'accessibilité.

Pour des raisons qu'il faudrait explorer plus en profondeur, telles que différences d'objectifs, de logique, de vocabulaire entre l'humain et le technique, et au vu de diverses expériences de terrain, il y a gros à parier qu'une des questions les plus difficiles à aborder, en matière d'accessibilité soit le point de rencontre entre technique et pédagogie. Comment "mettre le focus sur les aspects pédagogiques, sans pour autant négliger les aspects technologiques.(5)" ? Je ne vois pas les moyens de faire l'économie de cette question de fond sur l'accessibilité.


A propos de chiffres et d'évaluation

Les chiffres manquent souvent de précisions et peuvent être trompeurs. Le nombre de personne possédant un ordinateur ou une connexion Internet dans une entité (qu'elle soit géographique ou sociale), n'est significatif qu'en comparaison avec avec les chiffres d'une autre entité, et seulement d'un rapport de possession d'un bien matériel.

Si on compare la Belgique à l'Afrique, on est très riche en matière de connexion internet(6). Ce qui ne dit pas que des inégalités relatives - qui peuvent être très douloureuses pour les personnes - n'existent pas dans notre pays, et à Bruxelles. Quelques indications utiles:

En Belgique, l'utilisation d'un ordinateur et d'internet varie fort suivant (classé par ordre décroissant)(7):

  • Le niveau d'instruction : élevé, moyen, \\ le fossé est ici // faible.
  • La position sociale : étudiant, salarié, indépendant, \\ le fossé est ici // sans emploi, autres. NB: Le fossé s'accentue fortement pour la catégorie "autres".
  • L'âge : 16-24 ans, 25-34 ans, 35-44 ans, 45-54 ans, \\ le fossé est ici // 55-64 ans, 65-74 ans. NB: Le fossé s'accentue fortement pour la catégorie "65-74".

Il n'y a pas de différences significatives entre Bruxelles et la Flandre, la Wallonie étant, elle, systématiquement à la traîne d'une dizaine de %. La différence entre hommes et femmes est assez faible, légèrement en défaveur des femmes (5 à 10% max.). Elle tend chaque fois à se réduire lorsque des chiffres d'évolution existent entre 2005 et 2006.

A Bruxelles, une enquête réalisée en 2001 par le SPF Économie(8), montre un taux de connexion 3 fois plus élevé à Woluwe-Saint-Pierre (41,6%) qu'à Saint-Josse-ten-Noode (14,3%). Et ceci est certainement un indicateur quantitatif d'une fracture ou d'un fossé numérique !

La fracture / fossé numérique est difficile à évaluer. Posséder un ordinateur ne signifie pas nécessairement accessibilité. Encore faut-il, par exemple et comme dit ci-dessus, savoir s'en servir, avoir les outils appropriés, des compétences de recherche d'information, un esprit critique vis à vis de l'information, etc.. Une importante source d'information est certainement les constats que font les associations qui travaillent en première ligne contre l'exclusion et les problèmes qu'ils rencontrent, dans n'importe lequel des aspects cités ci-dessus. Souvent les problèmes matériels arrivent en premier - et c'est compréhensible, sans matériel, les autres problèmes n'ont guère l'occasion de se révéler. Le développement de réseaux d'acteurs travaillant à l'accessibilité est déterminant pour permettre une évaluation en profondeur des problèmes d'accessibilité, portant sur l'ensemble des actions, plutôt que au cas par cas.



 

Références






 


Top


 

A propos & droits


Ce site est hébergé par Gandi